42e élection générale du Québec – Près de 1,3 million de québécois s’unissent contre la précarité étudiante

MONTRÉAL, le 21 août 2018 La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), l’Union étudiante du Québec (UEQ), la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), représentant collectivement 1,3 million de Québécois, demandent aux différents partis politiques de s’engager à lutter contre la précarité étudiante.

Les compressions budgétaires des dernières années ont contribué à affaiblir les services aux étudiants. En effet, ces services sont souvent inefficaces, car les cégeps et les universités n’ont pas les ressources nécessaires pour les améliorer. Pour les 5 organisations, il est primordial que les partis politiques s’engagent fermement en faveur d’un réinvestissement en enseignement supérieur. Ainsi, la FECQ et l’UEQ entameront rapidement une campagne de mobilisation sur les campus pour s’assurer que les étudiants prennent leur place dans l’échiquier politique.

CONDITIONS DE STAGE

Au Québec, les conditions de stage ne sont encadrées par aucune loi. Ainsi, les étudiants doivent souvent débourser des sommes personnelles pour effectuer leurs stages, sans que leurs conditions de travail ne soient encadrées. En effet, le travail est souvent bénévole, bien que les stages occasionnent régulièrement des dépenses supplémentaires.

Il est nécessaire que les partis politiques se positionnent pour la tenue d’un sommet sur la précarité qui découle des stages. Au cours de ce sommet, les différents acteurs du milieu de l’enseignement supérieur pourront évaluer toutes les options possibles pour diminuer les impacts financiers d’un stage, comme la compensation financière de ceux-ci.

SANTÉ PSYCHOLOGIQUE

Depuis quelques années, les cas de troubles psychologiques se multiplient sur les campus collégiaux et universitaires. À titre d’exemple, une étude produite par la FECQ et la Fédération des cégeps révèle qu’un étudiant sur deux subit de l’anxiété durant sa première année de cégep. En outre, l’étude produite en 2015 par la Fédération des associations étudiante du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM) nous montre que la situation n’est pas nécessairement mieux au niveau universitaire.

Dans ce contexte, nous demandons un plan de sensibilisation solide afin de démocratiser les enjeux de santé mentale sur les campus. Le prochain gouvernement devra s’attaquer rapidement à ce problème.

CITATIONS

Pour la première fois de l’histoire, notre génération représente le tiers de l’électorat. À partir de maintenant, les partis politiques n’ont plus le choix de nous écouter. Nos priorités sont claires, la balle est maintenant dans le camp des partis. 
 – Fred-William Mireault, président de la FECQ.

 La population étudiante est claire : il faut compenser financièrement les stages, bonifier les services et se doter d’une stratégie en matière de santé psychologique. Les partis devront démontrer aux Québécoises et aux Québécois un réel engagement pour mettre fin à la précarité dans le milieu de l’enseignement supérieur. 
  – Guillaume Lecorps, président de l’UEQ.

Les mesures d’austérité ont coûté cher à la population. Cette politique de compressions budgétaires a eu des conséquences importantes sur l’éducation au Québec. Plutôt que de voir l’éducation comme une dépense budgétaire à couper, nous souhaitons que le prochain gouvernement considère l’éducation comme un investissement dans l’avenir collectif de la société québécoise.
 – Daniel Boyer, président de la FTQ.

 Les années de sous-financement et de compressions budgétaires ont détérioré plusieurs facettes de l’enseignement supérieur : les conditions de travail des professionnels, des enseignants et du personnel de soutien ne font pas exception. La charge de travail et l’incertitude face au financement du réseau ont eu pour effet de précariser les travailleuses et les travailleurs qui y œuvrent. Un investissement majeur est requis afin de lutter contre la précarité étudiante et celle qui touche les divers corps d’emploi. 
– Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN.

Le rattrapage budgétaire à saveur électoraliste des derniers mois n’a pas renversé les torts causés aux réseaux collégial et universitaire. Si l’enseignement supérieur est une priorité au Québec, comme le clame la majorité des partis politiques, ces derniers doivent s’engager dès aujourd’hui à mettre un terme à la précarité étudiante. Afin d’assurer une gamme complète de services et un soutien adapté aux réalités des populations étudiantes, les personnels du réseau de l’enseignement supérieur doivent pouvoir compter sur un financement à long terme, à la fois prévisible et structurant.
  – Mario Beauchemin, vice-président de la CSQ

À PROPOS DE LA FECQ
La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 26 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis plus de 25 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts.

À PROPOS DE l’UEQ
L’Union étudiante du Québec a pour mission de défendre les droits et intérêts de la communauté étudiante, de ses associations membres et de leurs membres, en promouvant, protégeant et améliorant la condition étudiante et la condition des communautés locales et internationales. Elle compte plus de 79 000 membres universitaires à travers le Québec.

À PROPOS DE LA FTQ
La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

À PROPOS DE LA CSN
Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 1 500 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs dans quelque 4 500 lieux de travail et réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

À PROPOS DE LA CSQ
La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 dans le secteur public. Elle est l’organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

SOURCE Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

Pour plus d'informations
Renseignements : Anthony Bissonnette, 514 947-5936, abissonnette@coopbelvedere.com

Liens Connexes

http://ftq.qc.ca/
http://www.lacsq.org/
http://www.csn.qc.ca/
http://www.fecq.org
unionetudiante.ca