Violences à caractère sexuel : La FECQ et l’UEQ attendent maintenant la loi-cadre

Faits saillants :

  • La FECQ et l’UEQ accueillent favorablement l’annonce de la ministre en matière de violences à caractère sexuel ;
  • Elles se réjouissent de l’annonce d’un financement de l’ordre de 23 millions sur 5 ans de la part de la ministre.
  • Elles attendent avec impatience le débat de la loi-cadre promis par la ministre ;
  • Elles continuent de demander la création d’indicateurs de résultat afin que les collèges et les universités puissent faire le suivi de l’efficacité des mesures mises en place ;
  • Elles saluent la création d’un guichet unique dans les établissements postsecondaires afin de faciliter la recherche de ressources pour les personnes survivantes ;
  • La stratégie mise juste en mettant l’emphase sur l’aide aux personnes survivantes.

MONTRÉAL, le 21 août 2017 /CNW Telbec/ – La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et l’Union étudiante du Québec (UEQ) accueillent positivement l’annonce de la stratégie d’intervention pour prévenir et contrer les violences à caractère sexuel en enseignement supérieur. Elles attendent avec impatience le dépôt de la loi-cadre par la ministre et réitèrent leurs souhaits que celle-ci impose aux établissements l’obligation de fournir des indicateurs au ministère pour suivre l’efficacité des mesures mises de l’avant. Enfin, elles tiennent à souligner la création d’un guichet unique sur chaque campus ainsi que l’approche orientée autour des personnes survivantes.

Citations :

« On salue l’initiative de la ministre. La prochaine étape que nous attendons avec impatience est le dépôt de la loi-cadre par la ministre. Cette loi doit être adoptée avant la fin de la l’année.» a prévenu Simon Telles, président de l’Union Étudiante du Québec (UEQ).

« Mme David se doit d’inclure l’obligation de la part des établissements de rendre des comptes en matière de lutte aux violences à caractère sexuel dans son projet de loi-cadre. » Jason St-Amour, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

« Cette stratégie fait un grand pas pour aider les personnes survivantes en créant des guichets uniques sur chaque campus et s’assurant que les personnes survivantes disposent de toutes les ressources dont elles ont besoin » Simon Telles, président de l’UEQ.

« Il reste à voir quels seront les moyens offerts au collège et aux universités pour financer les immobilisations assurant la sécurité des étudiantes et des étudiants » Jason St-Amour, président de la FECQ.

À propos de la Fédération étudiante collégiale du Québec

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente près de 65 000 étudiants provenant de 22 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis 25 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études des collégiens.

À propos de l’Union étudiante du Québec

L’Union étudiante du Québec a pour mission de défendre les droits et intérêts de la communauté́ étudiante, de ses associations membres et de leurs membres, en promouvant, protégeant et améliorant la condition étudiante et la condition des communautés locales et internationales. Elle compte plus de 79 000 membres universitaires à travers le Québec.

LIENS CONNEXES
unionetudiante.ca
www.fecq.org

SOURCE Union étudiante du Québec 

Renseignements : Alexandre Ducharme, Attaché politique de l’UEQ, (514) 497-2602, politique@unionetudiante.ca; Dominik Boudreault Lapierre, Coordonnateur aux relations et aux communications de la FECQ, (514) 554-0576, crc@fecq.org