Violences à caractère sexuel : La FECQ et l’UEQ satisfaites de la loi-cadre

QUÉBEC, 1 novembre 2017 – La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et l’Union étudiante du Québec (UEQ) se disent satisfaites du projet de loi 151 visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur. Ce projet de loi permettra d’établir des balises claires pour les collèges et les universités, d’enrayer et de donner des moyens d’actions aux établissements dans la lutte aux violences à caractère sexuel (VCS) sur les campus.

Néanmoins, la FECQ et l’UEQ tiennent à rappeler qu’une bonification de l’enveloppe budgétaire devra suivre afin de soutenir les établissements et les organismes de sensibilisation tels que Sans oui, c’est non ! et Ni viande, ni objet. En effet, pour prévenir adéquatement et enrayer totalement les VCS sur les campus, il faudra donner aux établissements les moyens de mettre en place ces nouvelles mesures.

La FECQ et l’UEQ se prépareront maintenant pour la commission parlementaire traitant du projet de loi. Nous entendons travailler conjointement avec les partis de l’opposition et le ministère afin de bonifier le projet de loi.

Faits saillants :

  • La FECQ et l’UEQ accueillent favorablement le dépôt du projet de loi-cadre sur les violences à caractère sexuel (VCS) ;
  • Elles se réjouissent que la loi exige la production d’une politique pour chaque établissement d’enseignement supérieur en matière de VCS ;
  • Elles sont satisfaites de la création d’indicateurs de résultats afin que les collèges et les universités puissent faire le suivi de l’efficacité des mesures mises en place ;
  • Elles voient d’un bon œil l’obligation des établissements de se doter d’un code de conduite régissant les relations entre les étudiants et les membres du personnel ou les professeurs en situation d’autorité ;
  • Elles se réjouissent de l’obligation pour le personnel, les membres de la direction et les associations étudiantes de suivre une formation.

Citations :

« Nous attendions avec impatience le dépôt de ce projet de loi qui contient plusieurs mesures qui aideront concrètement la communauté étudiante à prévenir et à traiter les violences à caractère sexuel. Nous nous inquiétons cependant de l’absence d’une mise à jour du plan d’action ministériel à intervalle régulier pour nous assurer d’atteindre toutes les cibles.» a souligné Simon Telles, président de l’Union Étudiante du Québec (UEQ).

« Le projet de loi répond aux principales préoccupations émises lors des 5 journées de consultation. Nous espérons que le projet soit adopté rapidement et qu’il soit en application dès septembre 2018, et non pas septembre 2019 comme il est prévu. » a affirmé Jason St-Amour, président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

À propos de la Fédération étudiante collégiale du Québec

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente près de 65 000 étudiants provenant de 22 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis 25 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études des collégiens.

À propos de l’Union étudiante du Québec

L’Union étudiante du Québec a pour mission de défendre les droits et intérêts de la communauté́ étudiante, de ses associations membres et de leurs membres, en promouvant, protégeant et améliorant la condition étudiante et la condition des communautés locales et internationales. Elle compte plus de 79 000 membres universitaires à travers le Québec.

SOURCE : Union étudiante du Québec et Fédération étudiante collégiale du Québec

Renseignements UEQ

Service title
Service title

Renseignements FECQ

Service title
Service title

LIENS CONNEXES

unionetudiante.ca
www.fecq.org